Olivier Truc

Jeudi 7 mars 2013
Par Printemps du livre Bookmark and Share
Olivier Truc © Philippe Matsas

© Philippe Matsas

Correspondant du Monde et du Point, Olivier Truc est jour­nal­iste, spé­cial­iste des pays nordiques et baltes, et vit à Stockholm depuis 1994. En 2012, il pub­lie Le Dernier Lapon (Métailié), un pre­mier roman se déroulant au cœur de la Laponie. Deux agents de la police des rennes, Klemet et sa jeune col­lègue Nina, enquê­tent sur le vol d’un tam­bour chamanique et le meurtre d’un éleveur de rennes. Très vite, cette dou­ble affaire s’avère liée à l’expédition de Paul-Emile Victor en 1939 et à une mys­térieuse mine ardem­ment con­voitée. Sur fond de thriller, l’auteur éclaire l’histoire douloureuse du peu­ple Sami (=Lapon), aujourd’hui encore en butte au racisme, à la vio­lence, pris entre repli et modernité.

Extrait de Le Dernier Lapon :

Jeudi 20 jan­vier
11h30 Commissariat de Kautokeino

(…) Il res­pira un grand coup avant de frap­per à la porte de Nina et s’engouffra, sa pre­mière phrase prête à jail­lir mais resta bouche bée. Nina était bien là, debout, mains dans les poches de son pan­talon de treil­lis bleu marine d’uniforme, mais elle avait trans­formé son bureau. Les pho­tos ramenées de France étaient étalées sur le mur opposé à sa table. Une douzaine de repro­duc­tions de tam­bours étaient scotchées sur les fenêtres. Les pho­tos de tous les pro­tag­o­nistes ren­con­trés jusqu’à présent étaient punaisées sur un large con­tre­plaqué reposant sur un chevalet. Elle avait poussé la mise en con­di­tion jusqu’à jouer de la musique sami sur son ordi­na­teur. Nina avait trans­formé la pièce en cen­tre opéra­tionnel.
– Je te par­donne, lui dit vive­ment Nina, sans lui laisser le temps de bafouiller ses excuses. La prochaine fois, ce sera un coup de poing. Maintenant, regarde.
Sortant une main de sa poche, elle le traîna devant le mur où les pho­tos d’Henry Mons étaient alignées. Klemet était bluffé. Autant par le tra­vail réal­isé par Nina que par sa réac­tion. Elle avait tenu à garder le con­trôle de la sit­u­a­tion en prenant les devants. Et, une fois de plus, Klemet se retrou­vait muet, inca­pable d’être à la hau­teur.
– Nina, je veux quand même…
– Klemet, s’il te plaît, ne rend pas la sit­u­a­tion plus com­pliquée. Et, main­tenant, regarde ces pho­tos.
Klemet se rangea à l’avis de Nina. Après tout, il n’en était pas mécon­tent. Il se con­cen­tra sur les pho­tos, surtout la quin­zaine de clichés des mem­bres de l’expédition.
– Alors, que vois-tu ?
Nina sem­blait tout excitée, elle devait avoir trouvé quelque chose. Cela expli­quait sûre­ment son empresse­ment à passer si vite sur l’incident de la veille.
– Je ne sais pas encore, répon­dit Klemet en s’attardant sur chaque cliché. Je réfléchis. Mais je peux déjà te dire une chose, c’est que cet homme-là, celui avec le bon­net à qua­tre pointes, Niils, a comme nom de famille Labba. Ça te dit quelque chose ?
– Quoi ? Le père de Mattis ?
– Le grand-père.
Nina ouvrit les yeux en grand. Elle sem­blait réfléchir à toute vitesse.
– Donc le grand-père de Mattis était celui qui déte­nait le tam­bour volé soixante-dix ans plus tard et qui a peut-être causé la mort de son petit-fils.
– Pas de rac­courci, Nina.
– Pas de rac­courci, peut-être, mais franche­ment c’est trou­blant. Le tam­bour part en France pour soixante-dix ans. Et quelques jours après sa réap­pari­tion, le petit-fils de son pro­prié­taire est assas­s­iné. Klemet, est-ce que tu crois tou­jours à cette his­toire de règle­ment de comptes entre éleveurs de rennes ?

Le Dernier Lapon, p. 239–240

 

RENCONTRES

Samedi 13 avril – 17h30
Salle Juliet Berto
Dimanche 14 avril – 10h30
Petit Angle

SIGNATURE

Dédi­caces des auteurs ven­dredi,
samedi ou dimanche
sous le cha­pi­teau du Jar­din de ville

BIBLIOGRAPHIE

Le Dernier Lapon, Métailié, 2012

[haut de page]

Print This Post Print This Post

Un commentaire sur “Olivier Truc”

  1. Lectrices de la bibliothèque de La Tronche

    Ce roman est une enquête sur la dis­pari­tion d’un tam­bour Sami très rare et sur le meurtre d’un éleveur de rennes. Il est rythmé par la lumière du jour. C’est un voy­age au pays des Lapons, des rennes (mais pas ceux du Père Noël…)
    On y décou­vre le peu­ple lapon, les Samis, la Survie dans un envi­ron­nement hos­tile (poli­tique, his­torique, cli­ma­tique, humain).
    La mise en place est un peu longue, mais néces­saire pour la com­préhen­sion de l’histoire. L’ajout d’une carte géo­graphique au début de l’ouvrage est intéressant.

    #93

Laisser un commentaire

Partenaires / Presse

Rejoignez le Printemps du livre

sur Facebook facebook

Le Printemps avant le Printemps

Le Printemps après le Printemps